Bilan du Maire

Du hoquet dans les aménagements

Dossier Puma

L'achat de la friche Puma remonte à 2003. Les anciens bureaux Puma, devaient d'abord être transformés en loft par des acheteurs privés. Finalement la création d'un lotissement communal de 4 parcelles a été retenue.

Compte tenu des dépenses engagées, cette réalisation a été largement déficitaire.

depenses-recettes

Dossier Vestra

Acquisition en 2004 de la friche Vestra par la commune. En décembre 2007 (avant les dernières élections municipales) une  promesse de vente a été faite à un promoteur immobilier, annulée par la suite. Démolition des bâtiments Vestra fin 2013.

Cette friche achetée en 2004 est en 2014 toujours à l'état de friche! Lenteur décisionnaire de nos élus, quel gâchis!

plan-usine-vestra-01 plan-usine-vestra-02

Dossier Gare

Un bâtiment chargé d'histoire et pas seulement ferroviaire, acquis avant 1995. Divers projets, tous restés sans suite.  Pour l'équipe municipale en place, après un projet de remise en forme plutôt sportif, un projet commercial (magasin de vente) tient la corde. La vente a été effectuée en 2013 dans cette optique, avec une clause permettant toutefois à l'acheteur de transformer le projet initial en opération immobilière (emprise skate/roller comprise).

Surprenant d'apprendre par les réseaux sociaux que ce lot acheté à la commune, d'abord destiné à un commerce, sera peut être destiné à un projet immobilier, voire revendu. Nos élus ont omis de mentionner sur les actes notariés délais de construction et affectation ; clause manquante, qui a toujours été ajouté dans les autres contrats de vente.

Indemnités des Elus

Les charges des indemnités de nos élus ne cessent d'augmenter, davantage que les indices de base servant à leur calcul. Les indices de base ont augmenté de près de 9% depuis 2001 alors que le total des indemnités, pour la même période, a augmenté de près de 50%.

 Le premier mandat a été somme toute équilibré, malgré le nombre élevé d'élus rémunérés (maire + 8 adjoints pour tenir un engagement électoral). S'il faut noter une réduction du nombre d'adjoints lors du deuxième mandat (7 au lieu de 8), les indemnités ont été revues à la hausse.

Ces indemnités se retrouvent évidemment dans le budget de fonctionnement. Une réduction combinée du nombre d'adjoints et des indemnités maire et maire/adjoints permettra une économie non négligeable de l'ordre de 150.000 €uros sur 6 ans. L'économie ainsi réalisée, alimentera le budget d'investissement.

indemnites-elus

Un constat : des communes voisines, de même importance que notre commune, Herrlisheim et Drusenheim s'en sortent avec 5 adjoints.

A Soufflenheim 7 adjoints sont nécessaires.

Des questions se posent :

  • la charge de travail serait-elle plus importante à Soufflenheim qu'ailleurs ?
  • est-elle davantage répartie entre les 7 adjoints ?
  • les charges des indemnités en découlant sont-elles justifiées ou justifiables ?

Diagnostics des Bâtiments communaux

Diagnostics des bâtiments communaux : une méconnaissance complète

Dans le cadre de la relance de la politique de maîtrise de l’énergie, l’ADEME souhaite inciter les maîtres d'ouvrages et gestionnaires de bâtiments à s’engager sur la voie de l’utilisation rationnelle de l’énergie. Pour cela, un plan d’action basé notamment sur le soutien aux études d'aide à la décision (pré-diagnostics, diagnostics, études de faisabilité) dans le secteur du bâtiment a été décidé. Cette démarche a pour objectif de permettre aux gestionnaires et maîtres d'ouvrages d’identifier les gisements d’économie d’énergie et de mettre en œuvre rapidement des actions de maîtrise des consommations d'énergie rentables économiquement.

Or à ce jour, la Commune n’a entrepris qu’une étude relativement succincte par un organisme indépendant.

Aujourd’hui, aucune étude complète n’existe afin de permettre l’élaboration d’un vrai plan d’amélioration énergétique. Celui-ci permettra de réaliser des économies substantielles sur le coût d’exploitation des Bâtiments Communaux.

Les dernières constructions n’ont même pas fait l’objet d’un réel investissement afin de limiter la facture d’exploitation : un exemple simple, la dépense pour le chauffage au gaz du CERAM, bâtiment phare de l’ère SCHEYDECKER est d’environ 60.000€uros.

Cette étude fait ressortir les points suivants :

MODALITES DE REALISATION DU DIAGNOSTIC

Cette approche nécessitera des mesures et une instrumentation de base (mesures de combustion, éclairement moyen, températures…); elle s'appuiera également sur les données existantes dans l'établissement et sur la compétence et l'expérience du prestataire. 

La prestation devra toujours comporter les 3 phases suivantes:

  • Le relevé sur le site, examen et description précis et minutieux des locaux (utilisation, état du bâti et des installations, exploitation, usages spécifiques des énergies, équipements particuliers, consommations facturées…), examen des modes de gestion, contrats,
  • Exploitation et traitement des données recueillies : calculs et interprétations de ces derniers pour mettre en évidence les améliorations à envisager, indication pour chaque intervention de son coût, des économies à en attendre et du temps de retour brut des investissements,
  • Proposition(s) de programmes de travaux cohérents : adaptés aux caractéristiques propres de chaque bâtiment étudié, ces propositions sont présentées à part, dans le rapport de synthèse directement utilisable par le maître d'ouvrage, pour lui permettre d'orienter son choix de travaux dans les meilleures conditions de coût, de rentabilité et de délai, accompagnées d'un outil de suivi des consommations permettant d'en apprécier les résultats.

COÛT DE LA PRESTATION 

L'ADEME propose un barème indicatif de plafonds de subvention, dégressif en fonction de la taille des bâtiments. Ce barème ne constitue pas une base de tarification de la prestation qui doit pour chaque opération faire l'objet d'une consultation de prestataires. 

Le prestataire établira un devis détaillé correspondant au coût de la prestation dans son ensemble, faisant apparaître le nombre de journées de travail, les coûts journaliers du ou intervenants ainsi que les frais annexes.  Le montant ainsi proposé sera forfaitaire, ferme et définitif, et inclura l’ensemble de la prestation telle que définie dans le présent cahier des charges.

Projets 2001 – 2013 de l’équipe actuelle

Un constat déplorable

Voilà plus d’une décennie que le Maire et son équipe sont à la tête d’une commune qui se cherche !!

En 2001, l’équipe du Maire affichait un certain nombre de projets, mais avait surtout critiqué le bilan de l’équipe précédente.

Aujourd’hui, il est temps de faire un bilan sur ces promesses.

Les oubliés du programme :

Un Musée de la Poterie devait voir le jour, sur éventuellement un site qui aurait pu être celui dont le Maire est partiellement propriétaire

Pendant son 1er mandat, l’équipe du Maire a engrangé un certain nombre d’achats immobiliers pour des projets divers et variés.

Ces projets ne se sont jamais concrétisés :

  • L’ancienne poterie BECK, située rue de Schirrhein, initialement prévue pour servir d’Atelier Municipal. En fait, nos Services Techniques n’ont jamais pu vraiment les utiliser : problèmes de mise en conformités et utilisation difficile (bâtiment à plusieurs étages).

poterie-beck

Poterie Beck :
Après la vente des ateliers, une location a été mise en place pour
les ateliers municipaux
pour un montant de 19.200 €uros

  • L’ancienne usine PUMA, située rue de Rountzenheim, initialement prévue pour y installer une médiathèque. Cet achat s’est vite soldé par un renoncement. Après avoir essayé de la transformer en « loft luxueux », a fini par être démolie, pour réaliser un lotissement dont le bilan financier est plus que négatif.

usine-puma

Usine Puma :
Après avoir réalisé un lotissement
la commune a constaté
une perte de 64.500 €uros

  • L’ancienne usine VESTRA, située rue du Chemin de fer, initialement prévue pour la réalisation d’une opération immobilière. Un semblant de concours avait été réalisé avec 3 opérateurs qui avaient planché sur le sujet.
    Un choix finalisé en décembre 2007 par le CM (juste avant les élections de 2008), et retiré suite aux remarques du responsable du Service Instructeur du Conseil Général, mais aussi suite à l’attitude désagréable d’un perdant.
    Pour l’heure, seule la démolition a été réalisée pour un montant de 216.500€uros à la charge de la commune.
 

 

 

 

 

 

 

usine-vestra

Usine Vestra :
Après avoir renoncé à faire réaliser un lotissement par un aménageur, la Municipalité a procédé à sa démolition pour un montant de 216.500 €uros

  • L’ancienne maison REINBOLD, également prévue pour la réalisation d’une médiathèque, a été vendue partiellement à un particulier.
maison-reinbold

 

 

 

Maison REINBOLD :
Après une seconde hésitation sur la Médiathèque, l’équipe en place
a vendu à un particulier
avec un bilan négatif de 28.000€uros

QUE DE RENONCEMENTS et D’HESITATIONS !!!

Si tout cela n’avait aucune incidence sur le Budget Communal !!

Difficultés de gestion des finances

Des difficultés à gérer les finances locales

Une action budgétaire démesurée pour essayer d’assurer à la Majorité actuelle sa réélection en mars 2008, mais aux conséquences désastreuses pour le porte-monnaie du contribuable.

Des taxes locales en constante augmentation depuis 2001(+ 75%); qui additionnées à l’augmentation de la valeur locative par les services de l’Etat (+ 22%), dépassent les 120%.

taxes-locales

finances-communales

Le plus surprenant est que l’augmentation de ces taxes ont servi à alimenter le budget de FONCTIONNEMENT (qui a plus que doublé en 12 ans : + 147%), au détriment du budget «INVESTISSEMENT».

Très fortement impacté par la construction du CERAM, celui-ci revient à un montant inférieur ( 41%) à l’année 2000.

evolution-depenses-fonctionnement

En conséquence, la dette par habitants a été multipliée par 5. Elle est passée de 255 €uros à 1.248 €uros (en 2009), dépassant de plus de 46%, la moyenne des communes équivalente. Même si la dette a légèrement baissé entre 2011 et 2013, le nouvel emprunt de 1.500.000 €uros prévu pour 2014, la ramènera au niveau de celle de 2010. Ce nouvel emprunt surprise a été décidé lors du dernier CM, le 17 décembre 2013.

evolution-depenses-investissement    evolution-recettes-investissement

Bilan énergétique de la commune

Une étude plus que superficielle

A travers la Communauté de Communes de l’Espace Rhénan, la commune de Soufflenheim a présenté un 1er bilan énergétique des bâtiments communaux.

Selon cette étude réalisée par un bureau d’étude spécialisé, il est grand temps que la Commune s’inquiète de ces surconsommations qui grèvent le budget de fonctionnement.

Un bâtiment énergivore semble remporter la palme : il s’agit du dojo-club house du FCS.

Surprenant de constater que ce bâtiment, mis en avant avec insistance par la Majorité actuelle, a l’air d’être le moins bien entretenu

Un contrat d’entretien de chauffage, dont le suivi des interventions de l’entreprise est absent. Qui doit s’en occuper ? Je vous laisse répondre à la question.

Cette étude sommaire, incomplète, ne permet pas d’élaborer un vrai programme de travaux : Pas d’investissements chiffrés, économies potentielles inconnues.

dojo

Logement des gendarmes

Y aurait-il un certain clientélisme ???

Pour certains, sûrement !

Pour les bâtiments d’habitations du peloton autoroutier de la gendarmerie, il semblerait que des malfaçons aient été constatées avant la fin du délai de la garantie décennale.

logement-gendarmes

En effet, en réunion du Conseil Municipal 2007, la commune avait présenté une intervention urgente à réaliser des travaux électriques pour 19867.00 euros (arrondi ttc). Elle a mis en cause l’ancienne municipalité, la rendant responsable des désordres alors que la responsabilité incombait à l’équipe de maîtrise d’œuvre et aux entreprises en charge de la construction.

En 2008, d’autres travaux à savoir le remplacement convecteurs électriques pour 36298.00 euros (arrondi ttc) + travaux dans la cage d'escalier pour 8550 euros (arrondi ttc).

Les travaux ont été réalisés, ceci malgré mon intervention mettant en avant une garantie décennale qui aurait évité à la commune la prise en charge de ces travaux (à la charge du contribuable).

Alors, certaines questions restent ouvertes :

  • Pourquoi ne pas avoir pris la responsabilité de déclencher la garantie décennale, alors que la notion de péril était présente (eaux de ruissellement dans les réseaux électriques, amas de neige dans les combles, etc …) ?
  • Pourquoi la commune a préféré faire payer les contribuables, plutôt que les responsables du projet ?

Ces questions méritent des réponses qui pourraient de ne pas plaire à tout le monde !!

Contournement de SOUFFLENHEIM

Des retards et des points noirs

plan-contournement

Un contournement qui a pris du retard, malgré les bons rapports que prétend avoir la municipalité de Soufflenheim.

En effet, le démarrage des travaux était prévu en juillet 2005 (Cf. site Internet de la Mairie).

Le contournement devait être terminé avant 2009 (Voir D.N.A. du 20 mars 2007, le Maire intervenant dans une réunion avec l’A.C.A.S ; Association des Commerçants et Artisans de Soufflenheim).

Seules modifications apportées au projet :

  • Un giratoire sur la route vers Schirrhein, déjà demandée par l’ancienne municipalité,
  • La piste cyclable, dont le profil a été modifié dans la partie jouxtant le Fallgraben, pour permettre au ruisseau d’inonder la piste.
C’est peut être cela que voulait faire changer l’ex-président du quartier de l’Etang (aujourd’hui Ex-Adjoint au Maire), dans son tract de campagne de 2001 (voir tract à droite). tract-campagne-2001-01

QUARTIER DES ETANGS

Le même président affirmait haut et fort qu’il était criminel d’envoyer des enfants en vélos dans ce rond point (voir plus haut).

Une réponse partielle semble avoir été réalisée en mettant en place un ramassage scolaire. Mais tous les élèves ne prennent pas le bus de ramassage !

Qu’en est–il des quartiers à forte densité de personnes plus âgées, dont les risques ont duré plus de 15 mois avant que le chantier ne soit terminé.

La Voie de Contournement : la priorité des priorités

(Titre du tract 2001 de la Liste AGIR AUTREMENT)

future-piste-cyclable

Photo USCHELLER

planning-general-previsionnel

Extrait publication sur le site de la commune
de Soufflenheim

Le tract faisait état des maladresses du Maire et de son équipe (1995-2001) qui se sont mis à dos les décideurs économiques par nos soi-disants «débordements»

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Malgré les bonnes actions affichées par la Municipalité, tout a changé avec une ouverture à la circulation le 29 août 2011, soit 4 ans plus tard.

 

Alors qui est à l’origine de ce RETARD ???

Que dire de la future piste cyclable qui passera sous l’ouvrage sur le Fallgraben, piste inondable à certaines occasions (modification acceptée par la Municipalité actuelle).

Une perte financière surprenante approchant les 1.200.000euros

Avec du recul sur les 12 dernières années, on peut constater les pertes financières réalisées par la Municipalité en place à savoir :

  • Une perte de taxe patronale (appelée aujourd’hui CFE) qu’une entreprise locale a versée ailleurs à hauteur de 60.000€uros par an, ce qui représente 600.000 €uros,
  • Ancienne usine VESTRA : en Décembre 2007, le conseil municipal a décidé de confier la friche VESTRA à un aménageur privé, qui aurait pris en charge la démolition. La commune est revenue sur sa décision (sans délibération) et s’est chargée de la démolition pour une dépense de : 216.500 €uros
  • L’abandon de l’aménagement de l’ancienne friche PUMA : 64.500 €uros et de la vente de la maison Reinbold : 27.800 €uros, ainsi que la location de l’ancienne poterie BECK sur 2 ans : 19.200 €uros
  • Des erreurs d’imputation dans le budget de fonctionnement,  qui auraient dû permettre de récupérer la TVA à hauteur de 78.500 €uros
  • Des pénalités de retard non réclamées sur des travaux de voirie des rues Belle Vue et Krummenacker, des parkings (rue Postérieure, rue de la Montée) pour un montant de 180.000 €uros
  • La décision de supprimer la maîtrise d’œuvre du projet de construction (idem au CERAM) prévu place de la Foire, pour un montant de 94.500 €uros

De quoi payer un chantier comme le CTM (Centre Technique Municipal) sans réaliser d’emprunt !!!